Fontaine de Bocq : La fontaine méconnue de Saint-Estèphe

Perdue au milieu des vignes, cette fontaine était déjà référencée au XVIIe siècle. Elle est l’un des nombreux points d’eau présents sur la commune, lavoirs ou fontaines. Mais à la différence des autres ouvrages, celui-ci présente une architecture maçonnée inhabituelle et de qualité.

La fontaine est identifiée dans le plan terrier de la paroisse de Saint-Estèphe sous le nom de « fontaine de Fontanique » (2e moitié XVIIIe siècle). Selon l’inventaire du patrimoine d’Aquitaine, cette terre appartenait à Louis Gaspard Destournel dans la première partie du XIXe siècle.

Mais l’histoire semble dire au contraire que ce dernier se la serait appropriée. Sa situation dans les marais, au nord de Cos d’Estournel et à l’ouest du Château Marbuzet, en faisait un point d’eau particulièrement bien placé au milieu des vignes. Entre 1825 et 1850, ce dernier va entourer la fontaine d’un bâtiment maçonné de plan rectangulaire. On retrouve une parenté architecturale avec le château de Cos d’Estournel au niveau des arcs brisés à claveaux arrondis en bossage présents sur trois des façades.

La façade Est est la seule percée de trois portes quand au sud on retrouve une seule arcade ouverte. Les deux autres façades sont aveugles. Il subsiste à l’Est quelques vestiges d’une grille métallique.

Le conseil municipal prend acte en 1850 de la construction réalisée par Louis Gaspard d’Estournel et revendique la propriété de la fontaine. Le nouveau propriétaire de Cos d’Estournel, M. Martyns affirmera en 1853 être prêt à la restituer à la commune.

La fontaine a perdu aujourd’hui son toit et est à l’abandon. Gagnée par la végétation, elle garde encore aujourd’hui tout son charme. A l’intérieur, il ne subsiste qu’un accès busé à l’eau et un écriteau installé il y a peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *