Le périmètre de la Citadelle de Blaye, classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco, cache de nombreuses curiosités. L’Abbaye Saint-Romain ruinée, située au pied des remparts et le Château des Rudels une ancienne forteresse médiévale intégrée à la Citadelle sont des vestiges évidents et visibles. Il existe d’autres plus récents qui sont souvent passés sous silence. Trois batteries de côte construites par la Marine au cours du XIXe siècle sont encore pour partie visibles.

Dans un article du Dr Balliet, grand spécialiste des fortifications, on pouvait lire la présence de deux batteries modernes sur le périmètre de la Cité Vauban. Dans les faits ce sont trois ouvrages qui ont été construits sur le site. Il faut cependant user de toute sa perspicacité pour les distinguer aujourd’hui.

Dans l’imaginaire collectif, la Citadelle de Blaye date de l’époque de Sébastien Vauban. Point. Les notices touristiques ne sont pas très verbeuses sur la suite de l’histoire.

Vers 1800 la configuration de l’estuaire a évolué avec l’apparition de nouvelles îles qu’il devient indispensable de couvrir. L’incursion anglaise de 1814 a montré aussi la faiblesse du dispositif en place. Le programme de fortifications des côtes établi en 1842 confie à la Marine le soin de revoir en profondeur les défenses sur l’océan. On le sait peu mais les rives de l’estuaire, et de la Garonne jusqu’à Bordeaux font partie du domaine maritime. La marine ne dispose alors d’aucun équipement sur ce périmètre. En face de la Citadelle, le fort de l’île Paté ne suffit plus pour assurer la surveillance dans l’axe de l’Estuaire de la Gironde avec les évolutions de la géographie de l’estuaire (Nouvelles îles Sans-Pain et Bouchaud). La commission des fortifications décide donc d’installer des batteries dans la citadelle de Blaye qui ne dispose alors que de pièces pour sa défense rapprochée et de canons orienté vers l’estuaire inadaptés. Vers 1862/63, les financements sont débloqués.

Batterie des Magasins à poudre

Les batteries du 1/2 bastion 20 et des moulins sont construites aux extrémités aval et amont de la citadelles. Elles sont équipées respectivement de 4 et 5 obusiers de 22. La Batterie des magasins à poudre dispose de quand à elle de deux canons de 160 et un obusier de 22. Le site de la Société du Vieux Blaye apporte des informations complémentaires sur cet armement et la configuration des batteries.

Avec un oeil aiguisé on peut encore distinguer les vestiges des batteries des Moulins et des Magasins à poudre. Le parapet et les dés de support peuvent encore aujourd’hui rappeler cette militarisation plus récente de la Citadelle. L’installation d’une nouvelle batterie en 1890 a rayé de la carte la batterie du 1/2 bastion 20 en remodelant entièrement la position.

En savoir plus :

La défense des côtes au XIXe siècle, le cas de Blaye (partie 2), Société des Amis du Vieux Blaye

Les Batteries abandonnées de la Citadelle de Blaye, J.M Balliet

Fort Paté par cestenfrance.fr

Citadelle de Blaye par cestenfrance.fr

Author: la gazelle en vadrouille

Blogueur depuis près de 20 ans, passionné de photographie et d'histoire locale, j'aime à faire partager mes découvertes. Chaque semaine je parcours le département de la Gironde à la découverte de son patrimoine et de ses histoires locales.

One Reply to “Les batteries oubliées de la Citadelle de Blaye”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *