Au XIXe siècle, le développement du trafic maritime sur la Dordogne, la Garonne et son estuaire (la Gironde), conduit les autorités portuaires à développer son balisage, souvent réalisé jusque là grâce à des moyens de fortune. Vers 1870, de nouveaux équipements alimentés au pétrole sont déployés.

Le programme de construction des phares d’Aquitaine a facilité l’entrée dans l’estuaire de la Gironde. Dans des eaux difficiles à maîtriser, la navigation jusqu’à Bordeaux a toujours été une affaire de spécialistes. Des feux de rives, moins complexes à construire que des phares, plus simples à déplacer et à entretenir sont déployés sur les derniers kilomètres du fleuve à partir du Bec d’Ambès. On en retrouve l’ancien Feu de Saint-Rémy du Bec d’Ambès (1860) dans les jardins du Phare de Richard à Jau-et-Dignac dans le Médoc. Le plus ancien encore en fonctionnement se trouve au port de Plagne à Saint-André-de-Cubzac.

Feu Saint Remy devant la Phare de Richard

Leur particularité est d’être composé d’un petit sas étriqué permettant à un servent de s’y tenir assis et d’en faire l’entretien. On y rentre par une porte comme dans une voiture. Au dessus, une flèche métallique porte un feu dont la seule vocation est le balisage. Il est monté et descendu à l’aide d’une poulie actionnée depuis l’intérieur du sas. Deux guides permettent à la lanterne de coulisser sans se balancer. Le servant l’allume depuis l’intérieur Son autonomie étant limitée, la lanterne doit être régulièrement réalimentées en combustible.

Le feu du port de Plagne a été construit les 14 et 15 mai 1877 puis mis en service le 15 juin de la même année. Il sera alimenté au pétrole jusqu’à 1963. Il sera électrifié l’année suivante. Aujourd’hui, il est toujours en fonctionnement et donne un petit air de nostalgie au port de Plagne.

Author: la gazelle en vadrouille

Blogueur depuis près de 20 ans, passionné de photographie et d'histoire locale, j'aime à faire partager mes découvertes. Chaque semaine je parcours le département de la Gironde à la découverte de son patrimoine et de ses histoires locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *