En même temps que la pointe du Cap Ferret a vu son périmètre d’interdiction d’accès étendu, la plage de la Lagune au sud du Bassin d’Arcachon a redécouvert deux bunkers de la seconde guerre mondiale L’un des deux canons encore présent dans leur antre se redécouvre.

Sans rentrer dans tous les détails historiques (pour en savoir plus connectez vous sur le forum Bordeaux 39-45 et consultez les livres d’Alain Chazette), cette position a été construite à partir de 1943 et couvrait l’intervalle avec les grandes batteries du Bassin pour éviter tout prise à revers et débarquement par la plage. Elle était identifié dans la nomenclature allemande par le code AR-48.

Jusque dans les années 1970, les casemates étaient accessibles et au gré des tempêtes elles se sont enfoncées. Réapparues une vingtaine d’années plus tard, elles ont été à nouveaux enfouies pour réapparaître durant l’hiver 2019. Situées désormais en bout de plage, elles ne sont à l’air libre qu’à marée basse témoignant du profond recul du trait de côte sur le littoral sud du Bassin d’Arcachon. Depuis 1945, la mer y a arraché 150m de plage repoussant la dune vers les terres.

Que verrez vous ?

Si la casemate 667 est toujours enfouie et ne présente que sa partie supérieure, on peut accéder à l’intérieur du Doppelschartenstand SK et pouvoir regarder son canon 5cm KwK L/60 dont il manque le tube. La casemate est léchée par les vagues et mérite une certaine prudence si on s’y aventure. Avec un oeil exercé vous retrouverez aussi à flan de dune des vestiges de pistes bétonnées ou d’autres blocs explosés.

Pour y accédez au site, stationnez vous sur la parking de la Lagune et prenez la plage vers le Sud. Les deux bunkers sont visibles à l’oeil nu par beau temps et il suffit d’un quart d’heure pour y parvenir.

Bibliographie

Author: la gazelle en vadrouille

Blogueur depuis près de 20 ans, passionné de photographie et d'histoire locale, j'aime à faire partager mes découvertes. Chaque semaine je parcours le département de la Gironde à la découverte de son patrimoine et de ses histoires locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *