Moulin du Temple à Blésignac

Si la Gironde n’est pas réputée pour l’importance de ses implantations templières, il subsiste encore au quatre coins du département, des vestiges marquant cette époque. A Blésignac, une association « Les amis du moulin du Temple » oeuvre pour faire connaître et restaurer le site.

Le site est intéressant à plusieurs titres : celui de l’inventaire des moulins présents en Gironde et en particulier en Entre-deux-Mers et celui de l’implantation templière. Même si les vestiges sont aujourd’hui en grande partie en ruine, les travaux menés année après année et la participation a des événements culturels (fête des moulins, journées du patrimoine, …) contribue a faire connaître ce site un peu oublié.

La commanderie de Montarouch implantée à Targon a donné son nom à ce moulin.

Le Moulin du Temple à Blésignac (Gironde, Entre-Deux-Mers) est un site typique du Moyen-âge. A cette époque, les commanderies de templiers se développent et deviennent un acteur incontournable de l’économie paysanne. Construit sur un affluent de la Canaudonne, ce moulin date du XIIe siècle. Non loin du moulin, au sud, on retrouve également une chapelle du XIIe siècle dédiée à Saint Jean-Baptiste.

Le moulin

Le moulin est contemporain à la chapelle (XIIe) qui se situe sur le site, même si la date précise de construction n’est pas connue. Selon les textes retrouvés, le moulin a été en exploitation pendant sept siècles. A cette époque, une ferme si situait à proximité

Au moment de la construction, les bâtisseurs détournèrent l’eau de la rivière vers un canal parallèle. Initialement la roue était située à l’extérieur du bâtiment mais au cours de la guerre de Cent Ans, elle aurait été déplacée à l’intérieur pour ne pas être détruite lors d’attaques.

Pendant son exploitation, le moulin conserva son architecture générale, seul un bâtiment attenant fut ajouté dans la première partie du XIXe siècle (entre 1830 et 1850).

L’architecture du moulin est plus que modeste mais revêt une curiosité. Le moulin est construit sur un roc et son soubassement s’ouvre sur une carrière de pierre. Peut-être était elle utiliser pour y tailler les meules de pierre dont le moulin était équipé. L’état intérieur ne laisse pas présager quel était l’agencement d’origine. Le moulin a été en grande partie délabré. Des indices permettent seulement d’imaginer un logement pour le meunier et le stockage du grain au premier étage. On y accédait par un escalier de pierre taillé dans le rocher, toujours présent.

Sur la partie la plus récente, des ornements de coquillages peuvent élever la curiosité par leur caractère inhabituel

La chapelle

Construite au XIIe siècle elle comprend un chevet plat orné de trois fenêtres romanes. Elles sont surmontées d’une corniche ornée de losanges. On ne sait pas déterminer avec précisions jusqu’à quelle époque elle a accueilli des offices. Tout au plus on sait qu’elle fut occupée par un garage automobile (comme l’église Saint-Simon à Bordeaux) qui a contribué aussi à sa dévastation. Le lieu est aujourd’hui ruiné et à l’abandon.

Se rendre sur le site

Le site n’est ouvert en permanence. Pour en savoir plus, il est préférable de contacter l’association en charge de l’animation du site.

Please follow and like us:
error0
Tweet 20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *