Moulin de Carcans, la forteresse oubliée

Dans un univers, où les pins et le sable est omniprésent, il est difficile d’imaginer qu’un maillage de forteresse existait dans le Médoc et non loin de la côte. A Carcans, le moulin de La Matte cache dans les faits une ancienne motte castrale


Le moulin, la face cachée du Carcans médiéval

Quand on fait une escale à Carcans sur le parking qui se situe en face de la Mairie, on ne peut ignorer le fut de l’ancien moulin dont l’existence est attestée dans un écrit officieldu 15 juillet 1627. On peut y lire qu’il se situe au lieu dit « le château », un indice qui n’est pas anodin. On le retrouve sur la carte de Cassini.

A cette époque un Monsieur Arbouet se porte acquéreur du moulin ce qui indique que déjà quelques années auparavant, il n’y avait plus trace de vestige médiéval. Mais ce n’est pas totalement exact puisqu’en étudiant l’ouvrage de plus près on peut y retrouver un linteau de porte affichant des armes attribuées à des origines anglaises avec un lion, un loup et un pain. L’hypothèse que le moulin ait utilisé la carrière de pierre d’un château ruiné tient la route à défaut d’en avoir la certitude. Mais, le commerce des pierres de réemploi à partir du XVIIe siècle est très développé, et elles peuvent provenir d’un autre site dans le Médoc.

Une motte castrale parmi tant d’autres

Si les terres bordant l’océan ont longtemps été inhospitalières, cela n’a pas empêché des hommes d’en revendiquer la propriété. Le Médoc a comporté un maillage de fiefs où vassaux et suzerains ont exploité le peu de richesses disponibles. Nombre des forteresses qui les protégeaient ont été réduites à néant, d’autres se sont muées en résidences bourgeoises et confortables gommant leur passé médiéval.

Il faut se pencher dans les recherches réalisées par des érudits du XIXe siècle et du début du XXe, l’Abbé Jacques Baurein ou Léo Drouyn en particulier, pour constater que les vestiges parvenus jusqu’à nous sont finalement assez limités. Le reste a été recouvert par la végétation et s’est fondu dans le paysage.

Si on se penche sur le sujet du castrum de la motte de Carcans, il y a relativement peu de références historiques et d’écrits qui en parlent. Au mieux par déductions, il est possible d’élaborer des hypothèses sur sa date de construction et la période de destruction. Les dernières recherches effectuées ont établi qu’il aurait été détruit après la fuite des anglais suite à la défaite de Castillon. Léo Droyn fit en 1874 des recherches sur le site et on a pu établir que du château aurait été construit au cours du XIIe siècle. Le testament d’Ayquem Guilhem III de Lesparre daté de 1256 mentionne le château de Carcans et donne une date de référence.

L’étude du château est rendue aujourd’hui difficile depuis la construction d’une habitation moderne dans la motte castrale, sous le moulin. En revanche la motte ne devait supporter qu’un ouvrage modeste protégé par un fossé. Ce promontoire artificiel a été construits des mains de l’homme et fut exploité ultérieurement pour la construction d’un moulin à vent.

Bibliographie :

Please follow and like us:
error0
Tweet 20

One Reply to “Moulin de Carcans, la forteresse oubliée”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *